Bistrot

Quand j’allais au lycée,
de bonnes sœurs, comme on disait,
à l’époque,
dans une petite sous préfecture de Gironde,
nous avions pris l’habitude
d’aller au bistrot.
Nous y refaisions le monde.
Les adultes, pour la plupart,
étaient des cons qui n’avaient rien compris.

Je ne vais quasiment plus au bistrot.
Je suis une adulte.

Partage

Commentaires

1. Le mardi 28 juillet 2015, 09:26 par K

Il y a un temps pour tout, y compris pour la bistrothérapie ;-)

2. Le mardi 28 juillet 2015, 13:08 par Cunégonde

Tout à fait.

3. Le mercredi 29 juillet 2015, 20:43 par Cristophe

Je vais toujours au bistro.
Je ne suis pas adulte.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1791

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Très dur

De garder de l’amitié pour une personne quand au plus profond de soi, on sent qu’il est coupable.

Elles ont le pouvoir

J’étais fatiguée, je n’ai pas joué avec mes bestioles. Elles ont joué ensemble, bruyamment une bonne partie de la nuit. À 6h30, elles ont allumé la télé. Je ne pense pas qu’elles ont pour autant pasquiné. Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Maison_p.jpg

C'est une maison bleue

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent. Je suis tombée dessus par hasard. Je pensais qu’elle était plus bleue que ça.

Otarie_p.jpg

San Francisco $7

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

Interrogations autour de la mort et la peur de celle-ci

Ma sœur s’est fait opérer d’un cancer. J’ai réalisé qu’elle pouvait mourir. Qu’est-ce qui peut me faire peur à ce point ? Je sais que tout vivant est voué à mourir. La mort d’un proche me renvoie à la douleur du deuil. Est-ce que c’est la peur de ressentir à nouveau une telle douleur qui m’effraie ? La peur de perdre ma sœur? Je suis à un âge où la mort risque d’être présente de plus en plus. Quand ma mère est morte, j’ai compris que la mort faisait partie de la vie. Pourquoi ne pas l’accepter, alors ? À chaque mort qui me touche, une infime partie de moi meurt. Est-ce que c’est qui cela qui me fait peur ? …