Interrogations autour de la mort et la peur de celle-ci

Ma sœur s’est fait opérer d’un cancer.
J’ai réalisé qu’elle pouvait mourir.
Qu’est-ce qui peut me faire peur à ce point ?
Je sais que tout vivant est voué à mourir.

La mort d’un proche me renvoie
à la douleur du deuil.
Est-ce que c’est la peur
de ressentir à nouveau
une telle douleur
qui m’effraie ?
La peur de perdre ma sœur?

Je suis à un âge où
la mort risque d’être présente
de plus en plus.

Quand ma mère est morte,
j’ai compris que la mort faisait
partie de la vie.
Pourquoi ne pas l’accepter, alors ?
À chaque mort qui me touche,
une infime partie de moi meurt.
Est-ce que c’est qui cela qui me fait peur ? …

Partage

Commentaires

1. Le lundi 13 juillet 2015, 00:24 par Gilsoub

Étrangement, je n’ai pas pas peur de ma mort, elle viendra quand mon heure aura sonné, le plus tard possible j’espère ; c’est comme cela…
par contre j’ai peur de la mort des autres, ou plutôt j’ai peur que les autres (comprendre ceux que j’aime et apprécie) meurent…

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1773

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

En moyenne par semaine

On ne passe que 20%84 de notre temps au travail. En relativisant de la sorte, je ne comprends pas que cette partie là pollue les 79%16 qui restent. Pourquoi j’arrive à donner tant d’importance à cette partie travail ?

Donne un nom aux personnes

J'ai affaire à une personne qui ne nomme jamais les personnes qui partagent des moments de sa vie. J'ai donc comme sensation qu'elle ne les reconnait pas, qu'elle ne les laisse pas entrer, entièrement dans sa vie. Puis un jour, j'ai entendu un nom. Un nom important pour nos relations professionnelles, donnerait-elle un nom quand celui-ci pourrait lui apporter une certaine reconnaissance, une possible « protection » ?

Sortir

« Un sac à main, c'est comme un chien.On le sort. »

Rappel

L’insuffisance rénale d’Épi me rappelle cruellement qu’un jour, elle va mourir.

Ma marche (suite)

J'ai apprécié par, quatre fois, faire des photos pour des inconnus. Je me suis pressée de leur travailler pour qu'ils les ai assez vite (le lendemain). Étrangement, les deux couples à qui j'ai demandé leurs approbations, pour les photographier, je ne leur ai pas demandé leurs adresses.