Gangrène

Je suis capable
de me laisser bouffer par
mon boulot.

Partage

Commentaires

1. Le samedi 16 mai 2015, 09:20 par Cristophe

C’est déjà bien de le reconnaître. Ça peut se soigner…

2. Le samedi 16 mai 2015, 11:11 par Gilsoub

Il fut une lointaine époque où j’était pareil, depuis, j’ai appris à relativiser grandement, mais c’est vrai que cela ne c’est pas fait tout seul !

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1706

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Stockholm bis

C’est une ville où on se lave les mains à l eau chaude.

Cigogne

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

pulverisateur.jpg

Pulvérisateur

Vous pensez qu'il s'agit d'un vulgaire pulvérisateur. Il n'en est rien. C'est l'arme fatale contre les conneries des bestioles. Quand elles font des bêtises, et que je me fâche, le résultat n'est pas toujours celui escompté. Par contre, il suffit que l'une comme l'autre me voit agiter cette arme, et elles arrêtent. Parfois, je suis dans l'obligation d'appuyer sur la gâchette. Ainsi elles comprennent la dangerosité de cet objet.

Tropisme

J’ai dû souffrir d’un truc comme ça quand j’ai pris la direction de la piscine.

Caricature $1

Assises côte à côte, dans un wagon de la ligne Q, allant vers Manhattan, une blonde aux cheveux longs, l’autre brune aux cheveux courts.