Si j'étais capitaliste, je me licencierai

Je gère mal mes émotions,
ce qui me vaut des insomnies depuis 2 nuits.
Je grignote entre les repas
ce qui me vaut de m’interdire
les gâteaux, à ces moments-là.
Si j’étais mon propre employeur,
je me licencierai pour fautes graves.
Mais je ne le suis pas.

Partage

Commentaires

1. Le mercredi 26 mars 2014, 08:36 par mirovinben

Jolie façon de raconter malgré l'inconfort et l'exaspération que cela dévoile.

Une pause semble s'imposer. Même si ce n'est pas évident de le faire au milieu d'un gué.

2. Le mercredi 26 mars 2014, 14:07 par C&C

Faute d'attention aussi peut-être...

3. Le mercredi 26 mars 2014, 16:22 par Cunégonde

Mirovenbin, la pause sera dimanche.

C&C, certes.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1366

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Colas

Coca Ma participation aux Obsolètes à prise rapide

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine. C’était bon enfant. J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner, à savoir des canettes de coca et des abricots. Un jeune enfant vient vers moi. Il me tend les bras, je le prends, son comportement m’intriguait. Il est handicapé Plusieurs fois, il est venu vers moi. Je me suis fait un copain. Son père était content qu’il aille vers quelqu’un. Les autres enfants ne jouaient pas avec lui. Monde cruel de l’enfance.

La guerre Nord-Sud des prix du kaki

Le kaki est un de mes fruits préférés. Je pouvais en manger 5 ou 6 par jour. Je ne peux plus, ici, ils sont trop chers. À Clichy, ou bien dans le 18 iéme, je peux les acheter à un prix raisonnable allant de 2€50 à 2€90 le kilo. Ici (dans le sud de Paris), j’en ai trouvé à 0€99 le kaki, et j’en ai vu à 4€30 le kilo Je me demande ce qui peut justifier une telle différence de prix.

Vélib

Vélib est vraiment le destrier des temps modernes. Au moins une personne le croit, celle que j’ai vu passer, hier matin, habillée en cavalière, et pédalant farouchement.

Appart #2

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.