Si j'étais capitaliste, je me licencierai

Je gère mal mes émotions,
ce qui me vaut des insomnies depuis 2 nuits.
Je grignote entre les repas
ce qui me vaut de m’interdire
les gâteaux, à ces moments-là.
Si j’étais mon propre employeur,
je me licencierai pour fautes graves.
Mais je ne le suis pas.

Partage

Commentaires

1. Le mercredi 26 mars 2014, 08:36 par mirovinben

Jolie façon de raconter malgré l'inconfort et l'exaspération que cela dévoile.

Une pause semble s'imposer. Même si ce n'est pas évident de le faire au milieu d'un gué.

2. Le mercredi 26 mars 2014, 14:07 par C&C

Faute d'attention aussi peut-être...

3. Le mercredi 26 mars 2014, 16:22 par Cunégonde

Mirovenbin, la pause sera dimanche.

C&C, certes.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1366

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Présomptieux

C’est très présomptieux de croire que ce qui nous intéresse va intéresser obligatoirement l’autre.

Sevrage

Une semaine sans télé, aucun manque, bien au contraire.

Je sais que je suis rentrée quand

J’entends : ” avec plaisir”.

Le mail

Bonjour, ce matin, j’ai reçu un mail de votre part dont le titre était : “Cunégonde, faites plaisir à votre homme.” Je suis consternée par une telle familiarité. Vous m’appelez par mon prénom bien que vous ne me connaissez pas. Vous semblez aussi connaître mon orientation sexuelle. De plus, je tiens à vous signaler que je ne possède personne. Je ne tiens plus à recevoir de tel mail. Cordialement J’ai aimé prendre du temps pour leur dire ce que je pense.

Échange

C’est marrant les blogs, tu laisses un commentaire sur un blog, et à son tour la bloggueuse te commente.