9€23

Le coût de ma distraction.
Je vais dans une boucherie
pour acheter un poulet.
Je regarde les prix, beaucoup plus cher
que chez mon volailler du marché.
Je décide de prendre une côte de porc.

Chez ce boucher, tout est bien indiqué,
bien étiqueté, les prix, l’origine, et ce que c’est !
Je montre au boucher ce que je veux.
Il m’annonce un prix auquel je ne prête
aucune attention.
Arrivée à la caisse, la fille du boucher me redit
9€23, je regarde la vitrine, je vois qu’il s’agit
d’une côte de veau, et non de porc.
Je n’ai pas eu le courage de dire quoique se soit.

Je l’ai dégusté, avec des panais et des carottes.

Mon repas du soir coûta moins cher
que cette fameuse côte.

Partage

Commentaires

1. Le vendredi 14 mars 2014, 08:39 par samantdi

C'est quand même effrayant de penser qu'il faut travailler une heure au smic pour se payer une tranche de veau en boucherie...

2. Le vendredi 14 mars 2014, 14:48 par Cunégonde

Oui ça fait peur. Cela signfie que certaines personnes ne peuvent pas s’en acheter.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/1357

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Stockholm ♡ 3

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit. Photos prises avec mon smartphone

Mauvais spécialiste

À 11h30 toujours pas de docteur pour machine à laver. Je lui passe un coup de fil, il fallait que je lui revoie mon adresse par sms. Et il voulait le code de l’interphone et mon numéro d’appartement. Mais je n’étais toujous pas sûre qu’il viendrait. Je finis pas lui donner le code de mon appartement. 10 minutes plus tard, L’interphone sonne, je décroche. J’entends : “c’est le technitien.” Je lui dit que je vais le chercher. J’arrive sur la rue personne. Je suis restée très dubitative, avec plein de questions, à savoir que pouvait-il faire avec mon nom et mon adresse complète

Stockholm

Hej, ja, nej, hej då. Tack

Kilomètre

J’aimerais être à des kilomètres d’ici. Vivement octobre, je prends les bestioles, et hop…

Sevrage

Une semaine sans télé, aucun manque, bien au contraire.