Flash■4

En face de moi, dans la rue
arrive un homme.
Il est vêtu d'une veste de costume gris foncé
et d'un pull col roulé de la même couleur.

Des bottes, en cuir noir sur des jambières
de la même couleur.
Une jupe en jean mi-cuisse
vient finir de l'habiller.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 22 novembre 2012, 08:05 par Franck

Hé hé, ça pourrait presque correspondre à un copain que je connais, mais non je ne pense pas que ce soit lui :-)

2. Le jeudi 22 novembre 2012, 16:42 par Cunégonde
Ça m'intéresserai de savoir ce que physiquement il éprouve lorsqu'il porte une jupe.
3. Le jeudi 22 novembre 2012, 22:17 par Franck

Je lui poserai la question à l'occasion.

4. Le jeudi 22 novembre 2012, 22:26 par Ed

Un de mes élèves de seconde venaient en jupe il y a sept ou huit ans au lycée. Il portait avec des énormes chaussures noir et métal.
Et avait les cheveux longs noir corbeau.
Je ne lui ai pas demandé quel effet ça lui faisait physiquement... Désolée.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/868

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Flash■5

Parc du Luxembourg, un coureur tombe à quelques mètres de moi, personne ne lui demande s'il s'est fait mal. Il se relève, continue à courir.

Flash■6

Vroum, vroum le bruit est impressionnant. Le véhicule est caché par la pile du pont. Le père de famille et ses deux garçons parient sur une Ferrari ou une Porshe. La voiture passe devant nous. Il s'agit d'une poubelle dont le parechoc tient avec une ficelle.

Flash■11

Appuyée contre la porte. Le métro roule aussi vite que mes rêves. La porte s’ouvre. Mon rêve est stoppé.

Flash■7

À la station Montparnasse, sur le quai de la ligne 13, deux jeunes qui ont moins de la moitié de mon âge dorment dans des sacs de couchage. Une troisième place est vide. Pourtant elle a dû être occupée. À côté de chaque place, occupée ou non, se trouve une peluche.

Flash■1

Je me trouvais sur le trottoir en face de Juissieux. Un homme qui devait avoir mon âge, me laissa passer, puis m'ébourrifa les cheveux en disant : « c'est pas bien ce que tu as fait là. » Cela m'a fortement intriguée parce que je n'ai pas compris son geste.