Je me demande si j'ai encore quelque chose à craindre

Dans le cadre de mon travail,
je rencontre des gens étranges.
Certains se contentent d'avoir
une profession peu courante
comme marabout.

C'est grâce à cela que
par mégarde, un jour,
j'ai bu de l'eau bénite par celui
que j'avais rencontré.

Pendant mes années de collège,
nous étions allés à Lourdes.
C'était durant des jours chauds,
je vous révèle ce détail, car
il sert à expliquer comment j'ai pu boire
de l'eau bénite.

Aujourd'hui, j'ai été menacée,
je dois tomber malade.
Moi et mes enfants.
Quand j'ai expliqué à cette délicate personne
que je n'en avais, cela a arrêté ses menaces.

Sur le chemin pour rentrer chez moi,
des bribes de nos échanges verbaux ressurgissaient.
Je me suis aussi souvenue
de mes boissons insolites.

J'en ai ri, et je me suis dit
qu'il ne pouvait rien m'arriver.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 12 avril 2012, 12:56 par C&C

Moi aussi j'en ai bu avec mes frérots. Il y a toujours quelqu'un de bien intentionné qui rapporte une vierge pleine... d'eau.

2. Le jeudi 12 avril 2012, 12:56 par C&C

Moi aussi j'en ai bu avec mes frérots. Il y a toujours quelqu'un de bien intentionné qui rapporte une vierge pleine... d'eau.

3. Le jeudi 12 avril 2012, 13:06 par mirovinben

Je suis allé une seule fois à Lourdes. Lors du pèlerinage militaire international de 1974 alors que je faisais mon service en Allemagne (voyage en train trrrrès long). Et je me suis fait un point d'honneur (!?) à ramener une gourde en forme de statue de la Vierge. Kitchissime au possible. Mais sans eau bénite.

Dommage. Je suis passé à côté de...

... de quoi ?

4. Le jeudi 12 avril 2012, 13:52 par Cunégonde

De gout d'eau.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/673

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Brève de dotclearienne

L'arche de La Défence, c'est comme l'Arc de Triomphe, mais en moderne.

Y a des jours comme ça

Une prime à laquelle je ne m’attendais plus. Un bel air de jazz dans ma rame de métro. Le coup de fil d’une amie.

Pique-nique

Très agréable journée en compagnie des deux auteures de la vie en hétéronomie et de deux autres personnes. En rentrant, j’ai fait des yaourts cannelle, gingembre.

Brève d'accompagnante aux urgences

Mon mari est tombé. Il a 87 ans. C’est sa plus grave maladie.

Brèves de cycliste de gauche mouillé

C’est un sarko-temps.