Objet usuel

Un casque sur les oreilles,
son sourire béat dure tout le temps du voyage.
Il n'est pas le seul,
quand ils n'ont pas un casque,
ils ont des écouteurs.

Comme ils sont en plein milieu d'une foule,
ils se réfugient dans leur monde.
Deux jeunes partagent,
grâce à une prise multiple
permettant deux casques,
le même lecteur mp3.
Ils communiquent par geste.

C'est étrange de n'être entourée que
par la banalité ambiante.

Partage

Commentaires

1. Le dimanche 4 décembre 2011, 11:08 par Ed

Entre les oreilles fermées au monde par les écouteurs et les yeux coupés des autres par leurs portables, les gens ne sont que des êtres bousculés, et qui le méritent.

2. Le dimanche 4 décembre 2011, 14:15 par Cunégonde

Je ne partage pas tes propos.
Les gens ne méritent pas la violence dans laquelle ils vivent.
Pour le comprendre, je crois qu'il faut regarder où ils isolent du monde, et essayer de comprendre pourquoi ils le font.

3. Le dimanche 4 décembre 2011, 19:25 par Ed

Je t'assure, je les croise tous les jours dans l'escalier de mon lycée où les conditions sont pourtant idéales par rapport à bien d'autres, et j'aimerais juste qu'ils se rappellent parfois que ce dans quoi ils foncent sans regarder et sans écouter, ce sont des êtres humains. comme eux.

4. Le dimanche 4 décembre 2011, 22:22 par Cunégonde

Tu parles d'ados avec tout leur mal de vivre. peut-être qu'ils ne veulent pas voir notre monde.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/559

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Maux mal

Est-ce qu’à partir d’un certain âge on a mal partout ? Parce que là, j’en ai marre, les dents, le pied gauche, et depuis hier les reins.

Venimeux

Pas de morsure de serpent, mais mal aux dents. Je sais que mon dentiste est meilleur que que celui qui pratiquait il y a 14 000 ans.

Un parfait sac de fille

À l’intérieur, une rallonge électrique de 5 mètres; ma gamelle en verre parce que c’est mieux qu’une en plastique; le chargeur de mon note, même avec son écran fendu, il m’est utile; deux chemises en carton dur, une bleue, une jaune; mon pot de yaourt en verre vide; une poche en plastique blanc dans laquelle j’enveloppe mon pot de yaourt, car il n’est pas étanche; le devis de ma future couronne qui va m’être posée à 10 h; 3 clés usb;%% les clés de chez moi; mes badges; un tube de baume pour les lèvres; 2 stylos bic, un stylo 4 couleurs; un couteau portugais; ma pochette où se trouve mes papiers; ma carte bleue dans son étui qui contient aussi des chèques cinéma; 3 cartes de fidélité; quelques tickets de métro; ma carte Navigo une mini-serviette noire roulée; mon porte-monnaie.

Enterrement

Je suis dans mon village. Samedi, j’assisterai à un enterrement. Nous avons parlé de ce que nous souhaitons à nos enterrements respectifs avec ma sœur.

Est-ce que je suis sûre d'être meilleure

En écoutant la radio, ce matin, j’ai appris que des personnes avaient filmé un jeune homme agonisant plutôt que lui prêter assistance. Ma première réaction a été de me dire on en est là ! La seconde a été de me demander ce que j’aurai pu faire. Bien sûr assise dans mon canapé, j’aurai au moins appelé les secours. Ça, je sais faire. Mais dans le feu de la situation, rien ne peux me dire ce que j’aurai vraiment fait.