Immortalité ?

Durant une émission radio,
l'artiste (dont je ne me souviens plus le nom)
expliquait son besoin de
laisser une œuvre à la postérité.
Ma réaction immédiate fut de penser,
mais pour quoi faire ?

C'est vrai, je comprends mal
ce besoin si fort chez certains.
À quoi peut nous servir, de notre vivant,
de laisser une trace à la postérité,
à des personnes que nous ne connaîtrons pas,
si ce n'est combler notre égo ?

Je crois fortement qu'une fois mort
nous ne continuons d'exister que
dans le cœur de ceux qui nous aiment.
Ne peuvent être retenus, par nos proches,
que l'amour, l'amitié
que nous leur portons,
ou des émotions contraires,
les actes qui les ont marqués.
Ce qui fait qu'ils continueront à
penser à nous pendant longtemps.

Même pour un artiste,
seul son personnage public
demeure après sa mort.
Sa vie privée n'est que peu accessible.
Marquer la postérité nourrirait-il ce rêve d'immortalité ?

Partage

Commentaires

1. Le mercredi 31 août 2011, 07:35 par mirovinben

Très beau texte, excellente question. Je n'ai pas de réponse. Du coup, pas de commentaire. Ah ? si ?

2. Le mercredi 31 août 2011, 17:12 par imposture

je ne comprends pas ça comme toi. l'«oeuvre à la postérité» signifie laisser une contribution à la réflexion artistique, au nom de l'art, pas au nom du cochon lui-même.

s'il avait dit «laisser mon nom à la postérité», alors oui, je penserais qu'il avait un ego enflé sur les bords.

et le personnage public, on s'en fout, en théorie. j'espère au contraire que son oeuvre reste.

3. Le mercredi 31 août 2011, 20:09 par Ed

Si l'on considère que l'art n'apporte rien aux autres, alors oui, c'est égoîste et vaniteux peut-être, mais si l'art n'est pas inutile, alors, c'est peut-être vouloir donner un sens à la vie, et ne pas disparaitre sans avoir servi à quelque chose.

4. Le mercredi 31 août 2011, 21:20 par Cunégonde

Imposture, soit, mais il existe des artistes qui n'ont pas pour ambition contraignante que leur œuvre leur survive., comme si c'était le but ultime. La création n'a pas voir avec la longévité que l’œuvre peut avoir. J'aurai préféré qu'il est des objectifs portant sur la qualité, l’accès de son œuvre...
Se pose donc la question : fait vivre son œuvre? Je pense qu'une fois mort l'artiste y est pour peu de chose.

Ed, j'aimerai beaucoup que tu développes "ne pas disparaitre sans avoir servi à quelque chose."

Mirovinben, je souris à ton commentaire.

5. Le jeudi 1 septembre 2011, 07:52 par Ed

Eh bien je pense que la vie, si l'on n'a rien apporté à qui que ce soit, cela peut être dans des domaines extrêmement variés et n'implique pas forcément d'être artiste, scientifique, ou célèbre, cette vie donc, si elle n'a servi à rien, me semble vaine.

6. Le jeudi 1 septembre 2011, 08:01 par Cunégonde

Mais comment peut-on avoir une vie qui sert à rien ?

7. Le jeudi 1 septembre 2011, 10:23 par imposture

mouais!

tu ne veux pas aussi cent balles et un mars avec la clé de son oeuvre?!

8. Le jeudi 1 septembre 2011, 10:30 par mirovinben

Une vie qui ne sert à rien pour les autres peut servir à quelque chose pour soi... Très égoïstement certes mais quand même pas inutilement.

9. Le jeudi 1 septembre 2011, 20:49 par Cunégonde

Imposture, non !:-))
Mirovenbin, pour moi une vie ne peut pas être inutile.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/493

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Bon d'accord, je ne sais pas m'orienter mais...

le GPS, lui, ne fonctionne que quand je n'en ai pas besoin !

Ha ces livreurs !

Je commande sur le net, tout ce qu'il me faut pour mes bestioles. Un jour, ne voyant pas un colis arriver, je contacte mon fournisseur. Il m'a fait à nouveau livrer le colis. Ne me trouvant pas à la maison, le livreur m'avait laissé un message sur mon répondeur. Il m'indiquait qu'il avait laissé le paquet chez la personne qui habitait en face de la porte de l'ascenseur. Dans mon immeuble, il n'y a pas d'ascenseur. Je me commande une clé USB. Je devais la recevoir mardi matin. Vers 10h30, le téléphone sonne. La société de livraison voulait le code de ma porte d'immeuble, le livreur n'avait pas pu entrer à cause de cela. Il n'y a pas de code pour entrer dans mon immeuble. J'explique tout ça à la charmante personne au bout du fil. Je lui demande si je peux être livrée mercredi matin, qu'il suffisait de sonne à mon interphone. Hier matin, pas de livreur ! J'avais encore un message pour savoir quel était mon code porte.

L'attrait de la Dame de fer sur les provinciales

Nous parlions de nos appartements successifs, et de la vue de nos différentes fenêtres. Une s'écrit : de la fenêtre de ma pièce principale, je vois la Tour Eiffel. Je me suis souvenue que quinze ans plus tôt j'avais appelé ma petite nièce pour lui demander si elle savait ce que je voyais de la fenêtre de ma chambre. Maintenant encore j'aime au détour d'une rue, l'apercevoir.

Je m'émerveille

Depuis dimanche, je subissais des coupures d'eau intempestives. Aujourd'hui, l'eau coule quand j'ouvre mon robinet. C'est un bonheur que d'habitude, je néglige, car l'eau courante est trop banale.