La tête dans les étoiles

Hier, pique-nique avec des inconnus,
pour la plus grande majorité,
rencontrés sur le site Zelink.

Je connaissais l'organisatrice.
Nous ne pouvions pas mourir de faim.
Tout était bon.

Ensuite, cinéma en plein air, nous étions là pour voir :
My own private Idaho.

Les étoiles aussi étaient là,
deux têtes devant moi occupaient
un bon quart de l'écran,
j'en ai profité pour contempler la Grande Ourse,
c'est si rare à paris.

Même le soupçon d'averse prévu et annoncé vers 23h
fit son apparition, de la grande organisation et la synchronisation avec la météo.

Partage

Commentaires

1. Le jeudi 26 août 2010, 11:22 par Ed

C'est vieux ça ! je ne me souviens même plus quand je l'ai vu...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.banalitescunegonde.fr/trackback/278

Fil des commentaires de ce billet

Articles consultés récemment

Chercher l'erreur

Mes nouvelles lunettes ont des verre qui ne sont plus incassables, et des montures en titan. Les verres ne sont pas garantis, les montures si.

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine. C’était bon enfant. J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner, à savoir des canettes de coca et des abricots. Un jeune enfant vient vers moi. Il me tend les bras, je le prends, son comportement m’intriguait. Il est handicapé Plusieurs fois, il est venu vers moi. Je me suis fait un copain. Son père était content qu’il aille vers quelqu’un. Les autres enfants ne jouaient pas avec lui. Monde cruel de l’enfance.

Détails du dimanche

Vu 16 vélos dans la Seine, entre Javel et le pont des Arts. Vu un daim moucheté, un tur du Caucase occidental. Rencontré un couple qui nourrissait les kangourous avec des pommes et des carottes à 2€50 le kilo. Trouvé 2 euros.

Querelle

C’est usant ces querelles régulières parce que nous ne sommes pas d’accord. Jamais on joue carte sur table pour aplanir nos différents.

Face à un groupe, mes observations

Je me suis retrouvée à dîner, avec un groupe où je ne connaissais personne. Parmi les convives, un couple féminin a attiré mon attention. J'ai du mal à être face à des inconnus. L'importance de la douleur est proportionnelle à ma capacité à m'accoutumer à ce groupe ou non. Souvent, dans le cadre d'une de mes activités extra professionnelles, j'y suis confrontée. Mais des présentations, et des explications à ma présence font qu'un échange, aussi compliqué qu'il soit, doit s'imposer. Dans le cas présent, pour des raisons que j'ignore, aucune présentation n'avait été faite. La pauvre discussion faiblement commencée s'acheva d'elle-même. Je me mis donc à observer les gens, leur comportement entre eux, leur comportement à la nourriture. Mon attention était captivée par ce couple, car une fit un reproche à l'autre, au vu et au su de tous. Ceci me renferma sur moi parce que je m'interrogeais sur ma capacité à accepter une telle remarque.