Caddie du 15ième

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Cadie_p.jpg

5 ans

Ça fait 5 ans que
j’ai emménagé ici.

Merde Noël arrive

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Fenetre_p.jpg

Dimanche 90

Si vous cliquez sur la photo, elle s’agrandit.

Ballon_p.jpg


Aspérités

Les aspérités de la dalle font qu’
il était impossible d’avoir du parquet
comme les appartements témoins.

Mélange adéquat

Je n’ai jamais vu autant de curés,
et de bonnes sœurs, ici,
ni autant de militaires.
Je n’ai jamais autant croisé
de couples de gouines.

Tout arrive à qui sait attendre

Dans la cuisine, l’eau chaude
et l’eau froide étaient inversées.
Quand j’ai aménagé, le gardien m’avait dit
que cela prenait 5 minutes à remettre
les tuyaux dans le bon ordre.

Soit, ce n’est que ce matin
que je lui ai remis mes clés pour
que cela soit fait.
Juste 10 mois après avoir constaté
cette anomalie.

Vélib

Vélib est vraiment le destrier
des temps modernes.
Au moins une personne le croit,
celle que j’ai vu passer, hier matin,
habillée en cavalière,
et pédalant farouchement.

Ici, il ne doit pas y avoir de moustiques

Sauf chez moi,
car je ne trouve aucun antimoustique !

Où est l'eau que j'ai utilisé ?

je reçois une lettre de mon bailleur.
Une société spécialisée a relevé
tous les compteurs d’eau de l’immeuble.
Ma consommation d’eau est nulle.
Les acomptes que j’ai déjà versés
vont mettre remboursés.

À chaque marché, un bouquet

À chaque marché, je vais voir
le même marchand de primeurs.
À chaque marché, il m’offre du persil.
Je n’en consomme presque pas.
une fois, j’ai refusé,
cela l’a vexé.
Quand je rentre,
je coupe les tiges,
et je mets mon bouquet de persil dans l’eau.
ainsi à chaque marché, j’ai mon bouquet.

Pas si fichue que ça

Je trouvais que Bertha
ma mini fougère n’avait pas apprécié
mes vacances, pendant celles-ci,
je l’avais mise dans
une grande casserole pleine d’eau.
Comme cela elle était arrosée.
Pour Hubert, le lierre, j’avais opté
pour un embout que l’on visse
à une grande bouteille peine d’eau
que l’on enfonce ensuite dans la terre.
Ce système s’est avéré très efficace.
Pour Bertha, il ne convenait pas,
son pot est trop petit.

Bref, je pensais que
Bertha était au plus mal.
Je l’ai mise à la poubelle.
J’ai étudié le chemin avec le moins de marche
à cause de mon orteil, et hop direction
un marchand de plantes ouvert tout le temps.
Arrivée là-bas, je cherche les fougères,
Elles étaient en moins bonne forme que Bertha.
J’ai pris un Arthur, un asparagus.
Il ira sur le nouveau frigo qui arrive demain.

Une fois rentrée chez moi,
une crise de culpabilisation aigüe
m’a conduite à sauver Bertha
du gouffre de la poubelle (un sac en plastique
que donne le fruitier sur le marché.)
Je l’ai rempotée, arrosée, remise à sa place.
J’espère juste qu’elle ne soit pas rancunière.

C'est beau la vie

Je branche mon ordinateur portable,
une flamme sort de la prise,
tout disjoncte.
Pas énervée du tout,
je shoote dans la porte coulissante de la cuisine,
mon petit orteil gauche n’a pas résisté,
pour autant il n’est pas cassé.
Le congélateur n’a pas survécu.
Lundi, j’ai un beau frigidaire-congélateur.

J’aurais préféré que mon orteil soit cassé
j’aurais été sûre d’avoir un arrêt conséquent.
Là, je suis arrêtée jusqu’à lundi inclus.
C’est beau la vie.


Ma participation aux chansons à prise rapide
Ce mois-ci Jean Ferrat

Fête des voisins

Nous étions une cinquantaine.
C’était bon enfant.
J’avais amené ce que j’étais capable de cuisiner,
à savoir des canettes de coca et des abricots.

Un jeune enfant vient vers moi.
Il me tend les bras,
je le prends, son comportement m’intriguait.
Il est handicapé
Plusieurs fois, il est venu vers moi.
Je me suis fait un copain.
Son père était content qu’il aille vers quelqu’un.
Les autres enfants ne jouaient pas avec lui.
Monde cruel de l’enfance.

Des livres

J’amène mon panier à recycler
dans le local poubelle où
se trouvent les poubelles jaunes.

Sur une de ces poubelles asservies au recyclage
un sac en plastique était posé.
Je regarde le contenu,
il s’agit de livres de poche.
J’en ai pris quelques-uns.

Population de la ligne 8

En prenant la ligne 8
Je me retrouve confrontée
à une population
que je ne côtoie pas d’habitude.
Lundi, j’étais assise à côté d’une bonne sœur,
ce matin, à côté d’un officier de l’armée de terre.

9€23

Le coût de ma distraction.
Je vais dans une boucherie
pour acheter un poulet.
Je regarde les prix, beaucoup plus cher
que chez mon volailler du marché.
Je décide de prendre une côte de porc.

Chez ce boucher, tout est bien indiqué,
bien étiqueté, les prix, l’origine, et ce que c’est !
Je montre au boucher ce que je veux.
Il m’annonce un prix auquel je ne prête
aucune attention.
Arrivée à la caisse, la fille du boucher me redit
9€23, je regarde la vitrine, je vois qu’il s’agit
d’une côte de veau, et non de porc.
Je n’ai pas eu le courage de dire quoique se soit.

Je l’ai dégusté, avec des panais et des carottes.

Mon repas du soir coûta moins cher
que cette fameuse côte.

La taille des écrans plats

Au vu de ceux de mes voisins,
le mien est ridicule.
En rentrant, un soir de match de foot,
beaucoup de mes voisins, comme moi,
n’ont pas de voilage aux fenêtres,
je suis restée impressionnée par la taille d’un.
Il faisait presque tout un mur.
J’aurai pu suivre le match
de la cour de l’immeuble.

Métiers de bouche

Si dans certains arrondissements de Paris,
il y a de moins en moins de boucheries,
charcuteries, fromagerie, boulangeries,
ici ce n’est pas le cas.

Je n’avais jamais vu autant de boucheries,
et de fromageries que dans la rue Saint-Charles.

Rencontre avec l'architecte de l'immeuble

Je suis fan de son travail.
Je lui explique le bruit de la pluie sur les rebords en zinc.
Réponse : “c’est une nouvelle façon
d’appréhender les éléments.”

- page 1 de 2

Articles consultés récemment

Sieste_p.jpg

L'endroit qu'il me faut

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.

20 ans

Ça fait 20 ans que je me dis : je mange du chocolat (ou autre) pour me remettre de mes émotions. Du coup, j’ai 24 kg de trop.

Brève de désorienté

« Je ne mettais pas le Champ de Mars, là. » J’étais ravie d’entendre un tel propos. Je ne suis pas seule à ne pas mettre les monuments au bon endroit.

Piscine⊙28

Non, on ne se noie pas facilement. Je me suis rendue, pour la première fois, à la piscine Édouard Pailleron. Quand j’ai vu le panneau : bassin sportif. Je me suis dit que : j’allais commencer par là. Des petits escaliers, avec des rampes en fer forgé mènent au bassin sportif. Des jeunes filles sont assises, et discutent sur les marches. J’emprunte ces marches, Je me mets à l’eau. Je n’ai pas pied. Je dois remonter, sortir la tête de l’eau. Respirer. Réaliser que je suis dans le grand bain. J’ai quitté le bassin sportif. Je suis restée dans le bassin ludique.

Appart #1

Si vous cliquez sur les photos, elles s’agrandissent.